Site lacustre

Cortaillod a donné son nom à une culture du Néolithique moyen couvrant 3 périodes.

La première : le Cortaillod ancien (4600-3900 av. J.-C.), est caractérisée par une céramique à formes simples et à fond rond et bord déversé. Des assiettes décorées et des écuelles carénées à mamelons perforés.

La seconde : le Cortaillod classique (3900-3750 av. J.-C.), est représentée par une céramique noire, lisse, composée essentiellement de jarres à fond rond et profil en S avec mamelons sur le rebord et d'assiettes à deux mamelons juxtaposés. Une décoration faite d'applique en écorce de bouleau découpée et collée à la bétuline à motifs géométriques disposées en bande est typique de cette période.

La troisième : le Cortaillod tardif ( 3750-3500 av. J.-C.), connaît une céramique plus grossière, aux formes simplifiées, constituée surtout de jarres à fond plat à bord vertical.

Le terme culture de Cortaillod remplace en 1934 celui de « Néolithique lacustre ancien » défini par Paul Vouga en 1920. Cette culture, d'origine méditerranéenne, se rattache à un vaste ensemble qui s'étend de l'Italie du nord à la France. Quatre stations néolithiques ont été érigées au bord du lac :

-

aux lieux-dits la Fabrique ou le Vivier (site aujourd'hui érodé) ;

-

le Petit Cortaillod (la plus grande et la plus riche, d'une surface de 300 x 60 m et dont la couche archéologique variait entre 1, 25 m et 0,60 m de profondeur) ;

-

les Côtes (presque complètement lessivée déjà en 1880) ;

-

la Tuillière (qui a fourni des silex de grande taille et des haches de pierre).

Ces sites totalement exondés à la faveur de l'abaissement du niveau moyen du lac de Neuchâtel, connaissent dès 1876-1879 une cueillette d'antiquités lacustres et sont abondamment pillés. Beaucoup d'objets prennent alors le chemin de l'étranger, achetés par des musées ou des collectionneurs particuliers.

En 1878, A. Vouga et F. Borel entreprennent les premières « fouilles » au Petit-Cortaillod, parvenant à la craie lacustre à 1,25 de profondeur. La liste des objets exhumés à cette occasion est impressionnante, plusieurs milliers de silex et de poinçons en os, 3000 gaines de hache, plus de 2000 haches et hachettes.  

Dès 1858, Ferdinand Keller puis Frédéric Troyon signalent la présence au Petit-Cortaillod de stations littorales du Bronze final. Dès lors, le colonel Schwab de Bienne et le professeur Desor font draguer ces stations par leurs pêcheurs d'antiquités lacustres et aboutissent à la découverte d'un très riche mobilier métallique, dont une des pièces les plus marquantes est sans conteste une roue à rayon en bronze coulé et bois de chêne de 51 cm de diamètre trouvée en 1862. Nombreuses sont aussi les haches, les faucilles, les épingles de toutes variétés, les épées de bronze découvertes à cette occasion, sans compter les centaines de vases, et également un certain nombre de « croissants d'argile », de 30 cm environ de longueur, munis de deux excroissances symétriques en forme de cornes et ornés de motifs tracés au doigt ou à l'aide d'un instrument en bois ou en os, sans doute une figuration symbolique du taureau. Avec la 1ere correction des eaux du Jura et son corollaire, l'abaissement du niveau du lac de 2,70 m, débute un processus d'érosion intense sur ces gisements.

En 1925, Paul Vouga entreprend au Petit-Cortaillod des sondages dans le but d'y étudier les stratigraphies et à sa demande l'armée réalise en 1927 une série de photographies aériennes qui demeurent une documentation fondamentale pour l'interprétation de ces villages de l'âge du Bronze. La dendrochronologie a également permis de dater la construction de ces agglomérations.

« Cortaillod est », village fouillé intégralement en plongée de 1981 à 1984, est constitué dans sa plus grande extension de 8 rangées parallèles de maisons (22 au total), séparées par des ruelles rectilignes et construit sur un terrain asséché et aménagé de galets (5200 m2 au total), séparé du bord par une palissade en arc de cercle. Son occupation date de 1010 à 955 av. J.-C. « Cortaillod plage » est une extension du village de Cortaillod est vers le nord. Habité de 968 à 954 av. J.-C., sa surface est de 2500 m2. Le village de Cortaillod « Les Esserts », délimité par une triple palissade longue d'environ 120 m, est occupé de  870 à  850 av. J.C. et s'étend sur une aire probable de 15000 à 18000 m2. De part et d'autre d'une ruelle centrale se constatent deux ensembles composés chacun d'une série de maisons disposées en parallèle. Autre site de l'âge du Bronze est celui de la Fabrique ou du Vivier qui succède à l'habitat néolithique.

Les interventions archéologiques entreprises lors de la construction de l'autoroute A1 entre 1993 et 1998 ont permis de mettre au jour de nombreuses structures protohistoriques. Ainsi, deux tombes à incinérations du Bronze final, phase Hallstatt A 1, ont été découvertes aux Murgiers en 1993. L'une avec fond de jarre comprenant les os incinérés d'un individu et deux offrandes céramiques, l'autre constituée de céramique fine, telle des grands et petits vases à col, orné de trois larges sillons horizontaux sur la panse. Ces sépultures représentent, après celles à inhumation du Landeron NE-Les Carougets (fouillées en 1990), la seconde découverte funéraire récente du Bronze final dans le canton de Neuchâtel.

Au Petit Ruz ont eu lieu en 1995-1997 des fouilles qui ont permis de mettre en évidence un vaste habitat de l'âge du Bronze comprenant près de 300 trous de poteaux, nombreuses fosses et foyers et une route empierrée protohistorique large de 2,50 m, longue de 84 m.

En 1996, à Champ Basset a été découverte une fosse circulaire de 4 m de diamètre contenant 27 kg de céramique halstatienne dans un excellent état de conservation. Enfin des sondages ont révélé des trous de poteaux, des fosses, des foyers, et de la céramique protohistorique aux Tolayes, à Champ Barret, sur les Rochettes, à Chanélaz, aux Tilles ainsi qu'une série de fosses laténiennes aux Courbes Rayes.

Sources :
- A. Vouga, Les stations lacustres de Cortaillod, in ASA, 1883, 456-462; 1884, 36-41, 57-60; 1885, 139-140.
- B. Arnold , Cortaillod-Est, un village du Bronze final. Fouille subaquatique et photographie aérienne, 1986.
- M. Egloff, Histoire du Pays de Neuchâtel : Des premiers chasseurs au début du christianisme, 1, 1989, 45-59.
-B. Arnold, Cortaillod-Est et les villages du lac  de Neuchâtel au Bronze final. Structure de l'habitat et proto-urbanisme, 1990.
-J.-L. Voruz, Le Néolithique suisse. Bilan documentaire, 1991, 65-68.
-R. Hapka, Deux tombes à incinérations du Bronze final à Cortaillod NE, Aux Murgiers, in ASSPA 78, 1995, 160-162.
-R. Anastasiu, Cortaillod NE, Petit Ruz, in Chronique archéologique 1996. in ASSPA 80, 1997, 222-223.
-R. Hapka, Cortaillod NE, Champ Basset, in Chronique archéologique 1996, in ASSPA 80, 1997, 230.

 

 

Horaires d'ouverture

Lundi
08h30 à 12h00 - 14h00 à 18h00

Mardi
08h30 à 12h00 - 14h00 à 16h30

Mercredi
08h30 à 12h00 - Fermé*

Jeudi
08h30 à 12h00 - 14h00 à 16h30

Vendredi
07h30 à 12h00 - Fermé*

* Permanence téléphonique de 13h30 à 16h00

 

 

 

Administration communale
Chemin des Draizes 2
Case postale 64
2016 Cortaillod

Tél. +41 32 886 51 00
Fax.+41 32 886 51 09
e-mail

CCP 20-1060-6